André VIREL
 l'Abre VertFormationsEditionsRechercheEnveloppementslexiqueContacts

Historique 
André VIREL 
Philosophie 
Objectifs 

 

 

[Accueil][ l'Abre Vert][André VIREL]

 

André VIREL
(sa vie, son oeuvre)

(27 avril 1920 -  6 août 2000)

 

....Dans Leçons américaines, aide-mémoire pour le prochain millénaire (Gallimard), Italo Calvino écrivait: "...je dois faire référence à l'une de mes lectures occasionnelles, mais il arrive que nous trouvions éclairants des livres bizarres, difficilement classables du strict point de vue de la rigueur académique. Le livre en question, que j'ai lu à l'époque où j'étudiais la symbolique des tarots, est l'Histoire de notre image d'André Virel (Genève, 1965). En un mot sur quel rayon de la bibliothèque ranger cet ouvrage? Dans cet ouvrage exceptionnel qui échappe aux classifications précises, André Virel tentait de dégager un processus génétique du développement de la pensée humaine qu'il nomma Symbologie génétique. Elle avait pour objet de montrer par quelles phases évolutives est passée la pensée humaine avant d'atteindre, à son étape actuelle, la faculté d'abstraction et de conceptualisation..."

 

 

    Mais l'originalité de la recherche d'André Virel ne s'arrête pas là, en 1966 il crée avec Roger Frétigny le premier institut français de psychothérapie, institut à vocation pluridisciplinaire où les étudiants pouvaient écouter aussi bien des praticiens de l'approche freudienne, jungienne, adlérienne que ceux de l'onirothérapie (imagerie mentale onirique). Mais cette pluridisciplinarité s'élargissait aussi à d'autres connaissances, qu'elles soient celles de la psychophysiologie, de la biologie, de l'ethnologie, de l'anthropologie, des symbologies, de la physique moderne, des mathématiques, des mythologies, de l'ésotérisme, de la poétique ou de l'imaginaire. Ce creuset bouillonnant délivrait un enseignement peu classique mais souvent précurseur et dans tous les cas décapant quant aux habitudes de penser le fait psychologique. André Virel s'est souvent attaché à en démystifier les ambiguïtés tout en proposant toujours des hypothèses et des voies de recherche. Dans le souci de confronter les apports dans un domaine qui lui tenait très à coeur, celui de la voie des images, André Virel crée aussi, en 1968, la S.I.T.I.M.O., Société Internationale des Techniques d'Imagerie Mentale Onirique qui avait pour but la coordination internationale des psychothérapeutes et groupes de psychothérapeutes utilisant des techniques onirothérapiques d'imagerie mentale. L'imagerie mentale, introduction à l'onirothérapie de Roger Frétigny et André Virel paru en 1968 est un ouvrage qui fait le point sur toute l'histoire des méthodes d'exploration de l'imaginaire, c'est à dire le monde intérieur des images et où il pose les bases de sa propre approche de l'imaginaire personnel par la pratique de la technique de décentration. Pour André Virel, ce n'est pas la prise de conscience intellectuelle qui conduit à résoudre la structure névrotique, c'est le vécu onirique qui libérant la fonction biologique de l'imaginaire, engendre la prise de conscience. Guérir n'est pas seulement resocialiser, mais c'est redonner à l'être ses possibilités de création:

    guérir c'est pouvoir inventer sa vie.

     

    Mais André Virel ne fut pas que cela. Tour à tour il fut peintre, poète, l'ami de Jacques Prévert avec qui il publia un recueil de poèmes Le Cheval de Trois. Homme d'action pendant la guerre, il n'hésita pas à entrer dans la résistance. En 1943, accompagné de trois faux allemands en uniforme, il enleva deux résistants détenus par la Gestapo à l'hôpital de Grenoble. En décembre 1943, la Gestapo l'arrêta à Paris, mais en janvier 1944, il réussit à sauter du wagon qui le déportait à Buchenwald. Le 4 septembre 1944, les comités savoyards de Libération firent de lui un préfet régional et le nommèrent Président d'Honneur de l'Assemblée générale des comités départementaux de Libération. Il avait alors 24 ans et préféra se réfugier à Saint-Germain des Prés pour échapper aux honneurs dûs à son action de résistant et pour y vivre l'effervescence de cette époque d'après guerre. En 1945, sa rencontre avec Robert Desoille et la pratique du "Rêve éveillé dirigé" fut sans doute décisive quant à sa préoccupation des problèmes psychologiques. Enfin, désireux de donner une démarche plus rationnelle à ses expériences, il passa en Sorbonne une licence de psychologie, puis les diplômes d'anthropologie et de neurophysiologie et un doctorat en psychologie. Ce qui ne l'empêcha pas, à 33 ans, de vivre, dans les forêts de Haute-Guinée les rites d'initiations Toma dont il ramena un très beau film: Forêts sacrées. A la recherche de mégalithes il effectua de nombreux voyages dans les îles de la Sonde, en Irlande et en Angleterre dont il monta les prises de vue en un film mais qui reste inédit à ce jour. En 1963, il devint assistant de psychophysiologie à la faculté des sciences de Paris où il poursuivit une carrière universitaire jusqu'à la retraite. Enseignant bouillonnant et conférencier passionné, foisonnant de créativité, il sut toujours aiguiser la curiosité de ses interlocuteurs. Il disait souvent: "Il n'y aura pas de virelien, chacun de vous devra faire son chemin pour son propre compte. Un psychothérapeute doit rester lui-même avec tout ce qu'il a vécu dans sa vie et tout ce qu'il a découvert sur le divan d'un ou plusieurs initiateurs". Tout au long de sa vie il n'a cessé de reprendre son oeuvre, de l'approfondir et de l'enrichir.

    André Virel nous a quitté le dimanche 6 août 2000. Il repose désormais à Chambéry où depuis quelques mois, il s'était retiré avec son épouse. Mais, avant de partir, il avait pu encore effectuer les dernières corrections d'un ouvrage qu'il écrivait depuis plusieurs années.

    Les Univers de l'imaginaire n'ayant pu trouver d'éditeur, nous avons, avec son accord, créé cette maison d'édition: "Les Éditions de l'Arbre Vert" dont nous vous proposons le premier titre de sa collection "Imaginaire".

    Odile Dorkel

     

     

     

 

 

 

BIBIOGRAPHIE SOMMAIRE
---------------

 

  1. « Vigilance et Conscience (contribution à leur définition différentielle par l'expérimentation de l'Imagerie Mentale) », doctorat de psychologie, Sorbonne, Paris, 1967.
     
  2. « Approches psychophysiologiques de l'imagerie mentale » in: Bulletin de psychologie, 291, XXIV, 9-11, pp.682-692, Paris, Sorbonne,1970-1971.
     
  3. « Psychologie et Mythologies Comparées - Syntonie-Focalité ou Mercure-Vulcain » in revue Connaisance de l'Homme, n°10-11, juin-juillet 1955, pp35-48, Paris.
     
  4. « La porte des Métamorphoses » in: La Tour Saint-Jacques, revue, pp.145-154, n°IX ed. H.Roudil, Paris, 1962.
     
  5. « Histoire de notre image », ed. Mont-Blanc, Genève, 1965.
     
  6. (Virel & coll.), « Vocabulaire des Psychothérapies », Fayard, Paris, 1977.
     
  7. « Corps en fête » texte d'album illusté sur les parures et les masques, ed. Draeger, Paris, 1979.
     
  8. « Une recherche de la porte étroite à la lumière d'un développement dimensionnel » in: Les Cahiers de Jean Scot Erigène, ed. Trédaniel, tome I, Paris, 1988.
     
  9. « Laboratoire et Oratoire du rêve », in Les Cahiers de Jean Scot Erigène, ed. Trédaniel, tome III, Paris, 1992.


FRETIGNY Roger et VIREL André, « L'Imagerie Mentale - Introduction à l'onirothérapie » ed. Du Mont-Blanc, Genève, 1968. (à noter que ce titre, étant à présent aussi utilisé pour définir les images médiatiques et représentatives, devrait aujourd'hui êrte remplacé par L'imagerie Mentale Onirique.)

     

 

 

 

[Accueil][ l'Abre Vert][Formations][Editions][Recherche][Enveloppements][lexique][Contacts]

webmstre@arbrevert.org